L’été va être “chaud” !

En 2011, le mois de mai n’avait pas trop posé de souci, car la plupart des jours fériés avaient eu l’outrecuidance de tomber soit un samedi soit un dimanche.

Par contre en 2012, ce fut un festival de longs week-ends, ponts, RTT et compagnie. Les élections présidentielles ont également joué leur rôle en freinant un peu le rythme décisionnel des grands acteurs de la finance.
Sans avoir de pendule, ni une formation de voyante, on peut donc s’attendre à ce que le mois de juin soit un peu plus sportif que prévu suite à ce décalage d’activité. Il est en effet assez compliqué pour certains clients de valider de gros budgets de traduction tandis que leurs responsables budgétaires sont en train de s’adonner au plaisir de la merguez grâce à un week-end prolongé.

Le soleil, également de sortie, va malheureusement inciter les traducteurs et traductrices à s’extraire de leur caverne afin de prendre des forces pour l’hiver ; il y aura donc de grandes chances de ne pas avoir toutes les équipes au complet pour parer à ce regain d’activité.

Afin de nous préparer au maximum, nous mettons donc en place un programme de “riposte” :

Etape n°1 : Notre stagiaire ne mange que des yaourts depuis 3 semaines, tous les matins nous la faisons courir une heure sur le parking au milieu des chiens errants avec un bifteck accroché dans le dos et surtout, nous tentons de la former au maximum sur les documents qui risqueraient de se présenter à la dernière minute. Comme par exemple, les KIID, ces fameux documents financiers qui remplacent petit à petit les prospectus simplifiés.

Etape n°2 : L’installation d’une télé, afin de permettre aux équipes de traduction de suivre l’Euro, Roland Garros, le Tour de France, les Jeux Olympiques, Koh Lanta depuis le bureau pour éviter l’abondance de l’excuse “de devoir rentrer tôt pour voir le match”.

Etape n°3 : Le visionnage de tous les films de Rambo dans la semaine afin de remotiver les troupes et de montrer que cela pourrait être pire (et au passage de relancer la mode du bandana dans les cheveux).

D’après notre estimation, l’opération “riposte” devrait être un succès sans commune mesure !

Par contre l’invité surprise restera la chaleur durant l’été, car avec l’été modéré, voire même timide, de 2011 on avait un peu oublié les effets de la chaleur lourde et persistante sur le pauvre petit traducteur.

La traduction demande un certain effort de concentration et il faut avouer que la chaleur n'aide pas vraiment. Les mains moites, les genoux bouillants posés contre l'unité centrale du PC et les rêves fugaces de piscines, barbecue et bières fraîches ont généralement tendance à décourager le traducteur face à son texte à traduire.

Bien entendu des mesures préventives peuvent être mises en place, comme le fait d’attacher le traducteur à son bureau, de lui donner une machine à écrire au lieu du PC qui chauffe la pièce et de faire pendouiller une merguez au-dessus de sa traduction, mais il est rare qu'une telle méthode soit efficace durant 2 mois entiers. Il faudra ruser et innover pour arriver à rendre les traductions à temps !

Si vous avez des idées, nous sommes tout ouïe !

Christian Bourgeois