Le Québec, terre promise de la traduction

Comme vous le savez sûrement, le Québec se bat avec tous les moyens à sa disposition pour défendre la langue française face à l’ogre anglais qui peuple le restant de ce grand pays.

Avec seulement 5,8 millions de francophones pour 31,2 millions d'anglophones, la région du Québec a quand même réussi à instaurer l’obligation de devoir publier et afficher tout information officielle en français dans cette province. Car depuis 1974, le français est la langue officielle du Québec.

Mais au Québec tout le monde ne parle pas français, ni anglais et les gens qui maîtrisent ces deux langues ne courent pas forcément les rues. Cela explique certaines scènes cocasses quand les deux univers linguistiques se rencontrent.

Une section du site protègez-vous.ca regroupe le « best-of » de certaines de ces erreurs de traduction spécialement québécoises.
On ressent souvent que des Anglais ont traduit mot à mot leurs affiches ou encore notices pour être dans les normes imposées par la loi. Tandis que parfois, il s’agit de Français un peu perdus face à la langue de Shakespeare qui essaient de séduire le marché anglophone canadien.

Pour vous donner un petit florilège :

- la « Travel Mug » qui se destinait à être une tasse thermos de voyage deviendra en français l'« Attaque armée à main de voyage ». Déroutant, n’est-ce pas ? Pourtant cela s’explique. En anglais « to be mugged » est bien la traduction de se faire agresser, facile de comprendre que le dictionnaire a été ouvert à la mauvaise page.

- L’expression « Dining Set » se verra traduite en français par l’expression « Manger ensemble ». Alors qu’en anglais, il s’agissait seulement d’une étiquette de vente promouvant du linge de table. Là encore le dictionnaire a été ouvert à la mauvaise page, car « set » peut être traduit par « groupe » ou « ensemble » dépendant du contexte (a set of clothes, met a set of new friends...).

- Des serviettes en microfibres, « Good for Polishing » deviendront des serviettes en microfibres « Bon pour le polonais ». En anglais, on aime mettre des majuscules de partout donc "le traducteur" a cru voir dans Polishing un Polish/Polonais alors qu'il s'agissait tout simplement de traduire ce mot par lustrer (beaucoup plus logique pour des serviettes en plus).

Bien sûr, si vous êtes toujours fan de ce type de traduction pour le moins cocasses, vous pouvez consulter le meilleur du pire sur le site en question en cliquant ici !