Conférence EUATC : le marché européen de la traduction s’est réuni à Bruxelles, le 3 mai dernier

Après Helsinki en 2012, la 8ème édition de la conférence annuelle de l’EUATC (European Union of Association of Translation Companies) a eu lieu cette année à l’hôtel Thon de Bruxelles.

 

Associations nationales, entreprises, dirigeants, managers, chefs de projets, traducteurs : ils étaient tous là ! Car cette conférence est toujours l’occasion pour les acteurs du marché de la traduction de se réunir, de se rencontrer et d’échanger sur les pratiques et tendances du secteur.

Organisée cette année par la Belgian Quality Translation Association BQTA, cette 8ème édition a été l’occasion d’aborder une actualité brûlante et passionnante pour l’industrie de la traduction. 

Intitulée « Translation industry on the move – Fasten your seatbelts » ou « Le secteur de la traduction au tournant – attachez vos ceintures (traduction libre, eh oui on est traducteur ou on ne l’est pas !), la conférence s’est intéressée aux grands défis qui attendent le secteur de la traduction aujourd’hui et surtout demain : pression tarifaire forte, avancées technologiques dans le monde de la traduction automatique, sélection des meilleurs talents dans nos métiers, outils pour accroître la rentabilité de nos chefs de projets, stratégies de communication à l’international pour les entreprises de traduction.

Au programme de la conférence, des intervenants tels Harald Elsen, directeur général et COO de Delta International, Jean- Léopold Schuybroe (Président de Interel Belgium, Président de BPRCA, Vice-président de ICCO) et bien d'autres professionnels reconnus de notre secteur.

Mais cette 8ème édition a surtout été l'occasion pour l'EUATC de lancer une grande enquête européenne réalisée pour la 1ère fois auprès de toutes les sociétés de traduction à travers l’Europe pour connaître leurs attentes et leurs préoccupations dans l’environnement macroéconomique qui nous entoure. Les résultats de cette enquête ont été annoncés au cours de cette conférence et sont disponibles sur le site de l’EUATC en cliquant ici.

Le constat de cette enquête est à la fois encourageant et paradoxal : alors que l'on pourrait penser que par nature et sa connivence avec le monde des langues et de l'international, la traduction devrait faire partie des secteurs moteurs en matière d'exportation, l'étude met en évidence que la réalité est toute autre, et que dès lors qu'une société de traduction exporte, elle le fait généralement avec ses "pays voisins". Le grand export ne fait donc pas encore partie du quotidien des entreprises de traduction européennes. 

De même, alors que tout le monde prône la spécialisation et la qualité pour justifier des prix plus élevés, les statistiques de l'enquête de l'EUATC prône davantage la diversification et mettent clairement en avant l'importance croissante des outils de TAO et des fameuses "machine translation". Souvent considérées comme un moyen supplémentaire de pression sur les prix, la plupart des sociétés de traduction redoutent encore trop la TAO et la traduction automatique et ne les considèrent bien souvent pas encore assez comme un véritable investissement capable de générer du profit et de la rentabilité. 

En dépit des incertitudes du marché et de la pression croissante sur les prix, cette étude finit sur une bonne note puisqu'elle met en avant le fait que les entreprises européennes de traduction gardent le moral et croit en un avenir meilleur, pour elles, mais aussi pour le marché de la traduction en général.