Over the Word présente à la 8ème Université de la traduction financière

Paris, juillet 2016

La 8ème Université de la traduction financière s’est déroulée en juillet dernier dans les locaux du Ministère de l’Économie et des Finances à Paris. La convention s’est étendue sur trois jours avec au programme dix-huit heures de conférences, ateliers et discussions auxquels une centaine de traducteurs juridiques et financiers ont participé.

Organisée par la Société française des traducteurs (SFT), la convention a accueilli des intervenants français, britanniques, américains et belges qui ont abordé un large éventail de sujets en lien avec la profession des traducteurs juridiques et financiers. Au total, 19 conférenciers et responsables d’atelier ont pris la parole afin de partager leur expertise. L’auditoire de traducteurs hautement spécialisés a tout de même réussi à garder les conférenciers en alerte grâce à leurs questions approfondies et pointues sur les sujets à l’étude.

Voici quelques-uns des intervenants :

Simon Kuper, chroniqueur au Financial Times, a présenté une conférence éclairée sur le langage, la rédaction et les compétences culturelles. M. Kuper s'est concentré sur l'art de bien rédiger en anglais et s'est inspiré du brillant essai de George Orwell en matière de rédaction claire intitulé Politics and the English Language. Il a également abordé la notion de « rédaction incompréhensible aux fins de dissimulation » en soulignant le fait que certains domaines, tels le milieu universitaire, utilisent un langage tendant à créer de l’ambiguïté. C’est donc bien souvent à nous, traducteurs, d’éclaircir ce langage confus.

Rosie Wells, traductrice chevronnée au sein de la Banque Cantonale Vaudoise, a animé un atelier sur la traduction des états financiers. La séance s’est attaquée aux points épineux que l'on rencontre en traduisant des comptes de résultats et des bilans. Les différences entre l'information financière en Suisse et en France ont été abordées, de même que les références fiables et non fiables sur lesquelles les traducteurs doivent s'appuyer (ou qu’ils doivent à tout prix éviter).

L’avocat et linguiste Thomas West a présenté une conférence très instructive et pratique sur les termes juridiques en français et en anglais. Il a évoqué les faux amis entre les deux langues et a détaillé les erreurs commises par nombre de traducteurs juridiques lors de la traduction de contrats. Il a également fourni à l’auditoire des outils permettant d’éviter ces pièges à l’avenir.

Axel Bavière, Responsable de la communication financière et stratégique à la SNCF, est également intervenu afin de démontrer que le monde de l’entreprise nécessite des traductions parfaitement harmonisées, particulièrement en matière de terminologie technique. La SNCF (et les entreprises homologues), qui compte de nombreuses filiales en France et à l’étranger, a besoin de traductions cohérentes à travers tous ses sites Internet et documents, un défi qui peut s’avérer difficile à relever sans une équipe coordonnée en charge du contrôle qualité ou un outil d’harmonisation globale.

La convention s'est achevée par une table ronde sur le secteur dans son ensemble, axée sur la professionnalisation de la traduction, la certification, la tarification et la valeur de la traduction, tout en promouvant une étroite collaboration avec les clients.

Rachel King